Bienvenue, Visiteur: Créer un compte / SE CONNECTER! / Tendance / Récent / Nouveau
Date: Mercredi, 24 Juillet 2024 à 0:44 / Besoin d'aide

Les Fournisseurs De Noix De Cajou En Difficulté Face À La Concurrence Asiatique - Agriculture - Ivoireland

Forum Ivoireland / Agriculture / Les Fournisseurs De Noix De Cajou En Difficulté Face À La Concurrence Asiatique (57 Vues)

Des Experts Examinent La Résilience De La Riziculture Face Au Climat En Afrique / Emmanuel Tra-Bi Visite Des Unités De Transformation De La Filière Cajou / Le Conseil Café-Cacao Alerte Face À La Surenchère Sur Le Prix Du Cacao (2) (3)

(1) Répondre (Descendre)

RomeoIvoire RomeoIvoire le 25 avril à 18:40

Une lettre émanant du Groupement des Industriels du cajou en Côte d’Ivoire (GIC-CI) fait état d'une situation critique dans le secteur de la transformation de la noix de cajou en Côte d'Ivoire. Les transformateurs, confrontés à une compétition déloyale avec les exportateurs asiatiques autorisés à acheter à l'intérieur du pays, se trouvent dans l'incapacité de s'approvisionner en noix brutes. Cette alerte lancée par le GIC-CI révèle les dessous d'une crise économique qui menace la pérennité de tout un secteur industriel crucial pour l'économie ivoirienne.

La Lutte des Transformateurs contre la Concurrence Déloyale


Depuis plusieurs années, les transformateurs de cajou en Côte d'Ivoire font face à une concurrence acharnée de la part des exportateurs asiatiques. Ces derniers, bénéficiant de subventions gouvernementales et d'une forte productivité, ont acquis une position dominante sur le marché, notamment en achetant la majorité des noix brutes à l'intérieur du pays. Cette pratique met en péril l'activité des transformateurs locaux, dont plusieurs ont dû fermer leurs portes au cours des dernières années, laissant derrière eux un paysage industriel en déclin.

Face à cette situation alarmante, le Groupement des Industriels du cajou en Côte d’Ivoire (GIC-CI) a sollicité l'intervention du Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA) pour assurer l'approvisionnement en noix brutes des usines de transformation de cajou. Cependant, les mécanismes de régulation existants se sont révélés inefficaces. Bien qu'un dispositif ait été mis en place il y a cinq ans pour contraindre les exportateurs à vendre une partie de leurs stocks aux transformateurs, ce dernier n'a jamais été appliqué sur le terrain en raison des défis logistiques liés au transport des stocks entre les ports et les zones de transformation. Cette lacune dans la réglementation a contribué à aggraver la crise actuelle et à fragiliser davantage les acteurs locaux de l'industrie.

Le Désarroi des Acteurs Locaux


Face à cette impasse, les transformateurs de cajou expriment leur frustration et leur désarroi. Pour eux, il est incompréhensible que le gouvernement ne prenne pas des mesures concrètes pour protéger l'industrie locale de la noix de cajou, malgré les déclarations officielles faisant de la transformation de cajou une priorité nationale. Ils déplorent le manque de soutien financier et logistique de la part des autorités, ainsi que le déséquilibre flagrant dans les politiques commerciales en faveur des exportateurs étrangers. Cette situation soulève des questions cruciales sur l'avenir de l'industrie de la noix de cajou en Côte d'Ivoire et sur la capacité du gouvernement à protéger les intérêts des acteurs locaux face à la concurrence internationale.

Alors que la crise de l'approvisionnement en noix de cajou atteint des proportions alarmantes, une question se pose : quelles mesures urgentes peuvent être prises pour sauver l'industrie de la noix de cajou en Côte d'Ivoire ? La réponse à cette question déterminera non seulement le destin des transformateurs locaux, mais aussi l'avenir économique du pays dans son ensemble. En attendant une action décisive de la part des autorités, les acteurs du secteur restent en alerte, conscients des enjeux cruciaux qui se jouent dans cette bataille pour la survie de l'industrie nationale de la noix de cajou.

(Commenter) (Signaler)

Image de Agriculture. Une lettre émanant du Groupement des Industriels du cajou en Côte d’Ivoire (GIC-CI) fait état d'une situation critique dans le secteur de la transformation de la noix de cajou en Côte d'Ivoire. Les transformateurs, confrontés à une compétition déloyale avec les exportateurs asiatiques autorisés à acheter à l'intérieur du pays, se trouvent dans l'incapacité de s'approvisionner en noix brutes. Cette alerte lancée par le GIC-CI révèle les dessous d'une crise économique qui menace la pérennité de tout un secteur industriel crucial pour l'économie ivoirienne. La Lutte des Transformateurs contre la Concurrence Déloyale Depuis plusieurs années, les transformateurs de cajou en Côte d'Ivoire font face à une concurrence acharnée de la part des exportateurs asiatiques. Ces derniers, bénéficiant de subventions gouvernementales et d'une forte productivité, ont acquis une position dominante sur le marché, notamment en achetant la majorité des noix brutes à l'intérieur du pays. Cette pratique met en péril l'activité des transformateurs locaux, dont plusieurs ont dû fermer leurs portes au cours des dernières années, laissant derrière eux un paysage industriel en déclin. Face à cette situation alarmante, le Groupement des Industriels du cajou en Côte d’Ivoire (GIC-CI) a sollicité l'intervention du Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA) pour assurer l'approvisionnement en noix brutes des usines de transformation de cajou. Cependant, les mécanismes de régulation existants se sont révélés inefficaces. Bien qu'un dispositif ait été mis en place il y a cinq ans pour contraindre les exportateurs à vendre une partie de leurs stocks aux transformateurs, ce dernier n'a jamais été appliqué sur le terrain en raison des défis logistiques liés au transport des stocks entre les ports et les zones de transformation. Cette lacune dans la réglementation a contribué à aggraver la crise actuelle et à fragiliser davantage les acteurs locaux de l'industrie. Le Désarroi des Acteurs Locaux Face à cette impasse, les transformateurs de cajou expriment leur frustration et leur désarroi. Pour eux, il est incompréhensible que le gouvernement ne prenne pas des mesures concrètes pour protéger l'industrie locale de la noix de cajou, malgré les déclarations officielles faisant de la transformation de cajou une priorité nationale. Ils déplorent le manque de soutien financier et logistique de la part des autorités, ainsi que le déséquilibre flagrant dans les politiques commerciales en faveur des exportateurs étrangers. Cette situation soulève des questions cruciales sur l'avenir de l'industrie de la noix de cajou en Côte d'Ivoire et sur la capacité du gouvernement à protéger les intérêts des acteurs locaux face à la concurrence internationale. Alors que la crise de l'approvisionnement en noix de cajou atteint des proportions alarmantes, une question se pose : quelles mesures urgentes peuvent être prises pour sauver l'industrie de la noix de cajou en Côte d'Ivoire ? La réponse à cette question déterminera non seulement le destin des transformateurs locaux, mais aussi l'avenir économique du pays dans son ensemble. En attendant une action décisive de la part des autorités, les acteurs du secteur restent en alerte, conscients des enjeux cruciaux qui se jouent dans cette bataille pour la survie de l'industrie nationale de la noix de cajou.

(1) Répondre

La Côte d'Ivoire Et Le Ghana Unis Pour Une Nouvelle Génération De Cacao / Prix Historique Du Cacao: Nouvelle Hausse À 787 110 FCFA Par Tonne / Côte d'Ivoire: La Campagne De l'Anacarde Rendre Des Difficultés

(Remonter)

Ivoireland - Copyright © 2012 - 2024 Tous droits réservés.
Avertissement: Chaque membre est responsable de tout ce qu'il/elle poste ou télécharge sur Ivoireland.