Bienvenue, Visiteur: Créer un compte / SE CONNECTER! / Tendance / Récent / Nouveau
Date: Vendredi, 12 Juillet 2024 à 10:07 / Besoin d'aide

Côte d'Ivoire: 141 Milliards FCFA Dépensés Pour l'Importation De Riz - Politique - Ivoireland

Forum Ivoireland / Politique / Côte d'Ivoire: 141 Milliards FCFA Dépensés Pour l'Importation De Riz (17 Vues)

La Corée Du Sud Accorde Un Prêt De 600 Milliards FCFA À La Côte d'Ivoire / GreenN Fuit La Fusion En Investissant 150 Milliards De FCFA Dans Ses Activités / Les Cybercriminels Ont Engrangé 6 Milliards De FCFA En 2021 (2) (3) (4)

(1) Répondre (Descendre)

RomeoIvoire RomeoIvoire le 04 juillet à 15:28

En 2024, la Côte d’Ivoire continue de consacrer une part substantielle de ses ressources financières à l'importation de riz, révélant une dépendance significative envers ce marché international. Au cours du premier trimestre de l'année, plus de 140,59 milliards FCFA ont été alloués à cet achat crucial, soulignant non seulement l'importance de cette céréale dans le régime alimentaire des Ivoiriens mais également les défis économiques et agricoles associés à cette dépendance.

Un Appétit Croissant pour les Importations


La tendance à l'importation de riz en Côte d'Ivoire n'est pas nouvelle, mais les chiffres récents montrent une intensification notable de cette dépendance. Malgré une légère diminution en volume — avec 346 812 tonnes importées au premier trimestre 2024 contre 431 514 tonnes à la même période en 2023 — la valeur des importations a connu une augmentation de 2,9 %. Cette situation paradoxale soulève des questions sur l'efficacité des politiques économiques en place et leur capacité à répondre aux besoins alimentaires d'une population en croissance rapide.

Les dépenses alimentaires globales de la Côte d'Ivoire dépassent les 525,16 milliards FCFA, avec le riz représentant plus de 26,77 % de cette facture en valeur et 29,8 % en quantité. Ces chiffres illustrent l'importance cruciale du riz comme pilier de la sécurité alimentaire nationale, tout en mettant en évidence les défis économiques que cela pose, notamment en termes de balance commerciale et de vulnérabilité aux fluctuations du marché mondial.

L'importance des importations de riz a des répercussions significatives non seulement sur l'économie mais aussi sur la société ivoirienne. Les dépenses élevées en devises étrangères pour l'achat de riz mettent en relief la nécessité d'une stratégie plus robuste pour renforcer l'autonomie alimentaire du pays. En outre, cette situation expose la population à des risques de volatilité des prix sur les marchés internationaux, pouvant affecter la sécurité alimentaire des couches les plus vulnérables de la société.

Vers une Autonomie Accrue ?


Face à cette dépendance coûteuse, des voix s'élèvent pour réclamer une politique plus agressive en matière de soutien à l'agriculture locale. L'accent mis sur l'amélioration de la production rizicole nationale pourrait non seulement réduire la facture des importations mais également créer des emplois, dynamiser les économies rurales et sécuriser l'approvisionnement alimentaire. Des initiatives gouvernementales et privées cherchent à mettre en place des technologies agricoles avancées et à promouvoir des pratiques agricoles durables pour augmenter le rendement des rizières ivoiriennes.

Alors que le gouvernement ivoirien et les acteurs du secteur agricole explorent des solutions pour réduire la dépendance aux importations de riz, les défis restent nombreux. Le climat, les investissements nécessaires pour moderniser l'agriculture, et la formation des agriculteurs sont autant de facteurs qui détermineront la réussite de ces initiatives. La collaboration entre les institutions gouvernementales, le secteur privé et les communautés agricoles sera cruciale pour transformer les politiques agricoles en succès tangibles.

Dans un monde où la sécurité alimentaire devient de plus en plus une question de souveraineté nationale, comment la Côte d'Ivoire peut-elle équilibrer ses besoins immédiats en matière d'importation avec les objectifs à long terme de développement durable et d'autosuffisance alimentaire?

(Commenter) (Signaler)

Image de Politique. En 2024, la Côte d’Ivoire continue de consacrer une part substantielle de ses ressources financières à l'importation de riz, révélant une dépendance significative envers ce marché international. Au cours du premier trimestre de l'année, plus de 140,59 milliards FCFA ont été alloués à cet achat crucial, soulignant non seulement l'importance de cette céréale dans le régime alimentaire des Ivoiriens mais également les défis économiques et agricoles associés à cette dépendance. Un Appétit Croissant pour les Importations La tendance à l'importation de riz en Côte d'Ivoire n'est pas nouvelle, mais les chiffres récents montrent une intensification notable de cette dépendance. Malgré une légère diminution en volume — avec 346 812 tonnes importées au premier trimestre 2024 contre 431 514 tonnes à la même période en 2023 — la valeur des importations a connu une augmentation de 2,9 %. Cette situation paradoxale soulève des questions sur l'efficacité des politiques économiques en place et leur capacité à répondre aux besoins alimentaires d'une population en croissance rapide. Les dépenses alimentaires globales de la Côte d'Ivoire dépassent les 525,16 milliards FCFA, avec le riz représentant plus de 26,77 % de cette facture en valeur et 29,8 % en quantité. Ces chiffres illustrent l'importance cruciale du riz comme pilier de la sécurité alimentaire nationale, tout en mettant en évidence les défis économiques que cela pose, notamment en termes de balance commerciale et de vulnérabilité aux fluctuations du marché mondial. L'importance des importations de riz a des répercussions significatives non seulement sur l'économie mais aussi sur la société ivoirienne. Les dépenses élevées en devises étrangères pour l'achat de riz mettent en relief la nécessité d'une stratégie plus robuste pour renforcer l'autonomie alimentaire du pays. En outre, cette situation expose la population à des risques de volatilité des prix sur les marchés internationaux, pouvant affecter la sécurité alimentaire des couches les plus vulnérables de la société. Vers une Autonomie Accrue ? Face à cette dépendance coûteuse, des voix s'élèvent pour réclamer une politique plus agressive en matière de soutien à l'agriculture locale. L'accent mis sur l'amélioration de la production rizicole nationale pourrait non seulement réduire la facture des importations mais également créer des emplois, dynamiser les économies rurales et sécuriser l'approvisionnement alimentaire. Des initiatives gouvernementales et privées cherchent à mettre en place des technologies agricoles avancées et à promouvoir des pratiques agricoles durables pour augmenter le rendement des rizières ivoiriennes. Alors que le gouvernement ivoirien et les acteurs du secteur agricole explorent des solutions pour réduire la dépendance aux importations de riz, les défis restent nombreux. Le climat, les investissements nécessaires pour moderniser l'agriculture, et la formation des agriculteurs sont autant de facteurs qui détermineront la réussite de ces initiatives. La collaboration entre les institutions gouvernementales, le secteur privé et les communautés agricoles sera cruciale pour transformer les politiques agricoles en succès tangibles. Dans un monde où la sécurité alimentaire devient de plus en plus une question de souveraineté nationale, comment la Côte d'Ivoire peut-elle équilibrer ses besoins immédiats en matière d'importation avec les objectifs à long terme de développement durable et d'autosuffisance alimentaire?

(1) Répondre

Le Ministère De Jeunesse Fait Don De Près De 4 Milliards De FCFA À Abobo / Don Mello Interroge Le Gouvernement Sur Un Investissement De 3000 Milliards / Emploi En Côte d'Ivoire: La Banque Mondiale Offrira 25 Milliards

(Remonter)

Ivoireland - Copyright © 2012 - 2024 Tous droits réservés.
Avertissement: Chaque membre est responsable de tout ce qu'il/elle poste ou télécharge sur Ivoireland.