Bienvenue, Visiteur: Créer un compte / SE CONNECTER! / Tendance / Récent / Nouveau
Date: Vendredi, 12 Juillet 2024 à 09:54 / Besoin d'aide

Cpi: Non, l'Affaire "Côte d'Ivoire 2" n'Est Toujours Pas Résolue - Politique - Ivoireland

Forum Ivoireland / Politique / Cpi: Non, l'Affaire "Côte d'Ivoire 2" n'Est Toujours Pas Résolue (18 Vues)

Justice/CPI: La Haye Diffuse Des Informations Sur Témoins Dans L’affaire Gbagbo / Affaire "Ouattara Soutient Thiam": Mamadou Touré Donne Sa Réponse / Présidentielle 2025: 70% Des Ivoiriens n'Ont Pas Confiance En La CEI (2) (3) (4)

(1) Répondre (Descendre)

RomeoIvoire RomeoIvoire le 25 juin à 12:42

Le dossier de la Côte d'Ivoire devant la Cour pénale internationale (CPI) reste ouvert, malgré les rumeurs de clôture qui ont émergé début juin. Avec les nouvelles phases d'investigation lancées pour identifier les responsables des violences post-électorales de 2010-2011, cet article se penche sur les développements récents et les implications plus larges pour la justice internationale et la société ivoirienne.

Des enquêtes en évolution


Les rumeurs récentes prétendaient à la clôture de l'enquête dite "Côte d'Ivoire 2", mais Charles Blé Goudé, figure centrale de la crise ivoirienne et ancien détenu acquitté par la CPI, a contredit ces affirmations. "Les enquêtes sont à la phase 3", a-t-il précisé, indiquant une progression active des investigations. Cette phase cruciale vise à rassembler davantage de preuves sur les atrocités commises lors des troubles, qui ont fait plus de 3 000 morts selon les estimations des Nations Unies.

La CPI avait initialement émis des mandats d'arrêt contre l'ex-président Laurent Gbagbo, son épouse Simone et Charles Blé Goudé. Tous trois ont été jugés, avec Gbagbo et Blé Goudé acquittés en 2021 des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Ces acquittements ont suscité un débat international sur l'efficacité et l'impartialité de la CPI, surtout après l'annulation du mandat d’arrêt contre Simone Gbagbo.

Le procureur de la CPI a également révélé que des investigations sont en cours sur les crimes présumés du camp pro-Alassane Ouattara, avec une attention particulière portée à des figures comme Guillaume Soro, ancien chef du Parlement et leader des Forces nouvelles. Ces enquêtes rencontrent des obstacles, notamment en raison des limites des ressources de la CPI et de la coopération parfois réticente des autorités ivoiriennes.

Justice nationale versus justice internationale


L'extradition de Laurent Gbagbo à La Haye avait été suivie par des déclarations des autorités ivoiriennes affirmant leur capacité à juger les crimes localement. Cependant, la coopération avec la CPI a été inconstante. En 2021, Amadé Ouérémi, lié aux forces pro-Ouattara, a été condamné à vie pour son rôle dans les massacres de Duékoué, mettant en lumière les tensions entre justice nationale et obligations internationales.

La CPI continue de travailler sur l'affaire ivoirienne, cherchant à apporter justice aux victimes. Cette nouvelle phase d’enquêtes pourrait être déterminante pour la vérité et la réconciliation en Côte d'Ivoire. Alors que le monde observe, la question demeure : les efforts de la Cour contribueront-ils réellement à une paix durable et équitable en Côte d'Ivoire ? Comment les développements futurs de cette enquête influenceront-ils la perception de la justice internationale et la stabilité en Côte d'Ivoire ?

(Commenter) (Signaler)

Image de Politique. Le dossier de la Côte d'Ivoire devant la Cour pénale internationale (CPI) reste ouvert, malgré les rumeurs de clôture qui ont émergé début juin. Avec les nouvelles phases d'investigation lancées pour identifier les responsables des violences post-électorales de 2010-2011, cet article se penche sur les développements récents et les implications plus larges pour la justice internationale et la société ivoirienne. Des enquêtes en évolution Les rumeurs récentes prétendaient à la clôture de l'enquête dite "Côte d'Ivoire 2", mais Charles Blé Goudé, figure centrale de la crise ivoirienne et ancien détenu acquitté par la CPI, a contredit ces affirmations. "Les enquêtes sont à la phase 3", a-t-il précisé, indiquant une progression active des investigations. Cette phase cruciale vise à rassembler davantage de preuves sur les atrocités commises lors des troubles, qui ont fait plus de 3 000 morts selon les estimations des Nations Unies. La CPI avait initialement émis des mandats d'arrêt contre l'ex-président Laurent Gbagbo, son épouse Simone et Charles Blé Goudé. Tous trois ont été jugés, avec Gbagbo et Blé Goudé acquittés en 2021 des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Ces acquittements ont suscité un débat international sur l'efficacité et l'impartialité de la CPI, surtout après l'annulation du mandat d’arrêt contre Simone Gbagbo. Le procureur de la CPI a également révélé que des investigations sont en cours sur les crimes présumés du camp pro-Alassane Ouattara, avec une attention particulière portée à des figures comme Guillaume Soro, ancien chef du Parlement et leader des Forces nouvelles. Ces enquêtes rencontrent des obstacles, notamment en raison des limites des ressources de la CPI et de la coopération parfois réticente des autorités ivoiriennes. Justice nationale versus justice internationale L'extradition de Laurent Gbagbo à La Haye avait été suivie par des déclarations des autorités ivoiriennes affirmant leur capacité à juger les crimes localement. Cependant, la coopération avec la CPI a été inconstante. En 2021, Amadé Ouérémi, lié aux forces pro-Ouattara, a été condamné à vie pour son rôle dans les massacres de Duékoué, mettant en lumière les tensions entre justice nationale et obligations internationales. La CPI continue de travailler sur l'affaire ivoirienne, cherchant à apporter justice aux victimes. Cette nouvelle phase d’enquêtes pourrait être déterminante pour la vérité et la réconciliation en Côte d'Ivoire. Alors que le monde observe, la question demeure : les efforts de la Cour contribueront-ils réellement à une paix durable et équitable en Côte d'Ivoire ? Comment les développements futurs de cette enquête influenceront-ils la perception de la justice internationale et la stabilité en Côte d'Ivoire ?

(1) Répondre

Présidentielle: Bacongo Cissé Déclare Que Laurent Gbagbo n'Est Pas Admissible / Le RHDP Réagit À l'Affaire De La ''Suppression De La Commune Du Plateau'' / Cissé Bacongo (Se RHDP) Répond À Gbagbo Sur l'Affaire Du Braquage De La Bceao

(Remonter)

Ivoireland - Copyright © 2012 - 2024 Tous droits réservés.
Avertissement: Chaque membre est responsable de tout ce qu'il/elle poste ou télécharge sur Ivoireland.