Bienvenue, Visiteur: Créer un compte / SE CONNECTER! / Tendance / Récent / Nouveau
Date: Jeudi, 18 Juillet 2024 à 07:45 / Besoin d'aide

Hiré: Un Directeur d'École Accusé De La Grossesse Et La Mort d'Une Élève De Cm2 - Faits Divers - Ivoireland

Forum Ivoireland / Faits Divers / Hiré: Un Directeur d'École Accusé De La Grossesse Et La Mort d'Une Élève De Cm2 (40 Vues)

Komborodougou: Un Jeune Bouvier Traqué Par Des Masques Poro Trouve La Mort / Korhogo: Conducteur De Moto Et Bébé Perdent La Vie, La Mère Accuse La Police / Assouindé: Deux Jeunes Libanais Trouvent La Mort En Mer De Nuit À Assinie-Mafia (2) (3) (4)

(1) Répondre (Descendre)

RomeoIvoire RomeoIvoire le 26 mai à 11:59

La région du Lôh-Djiboua connait actuellement une actualité plus sombre que jamais. En son sein, la petite ville de Hiré - située dans le département de Divo - est ébranlée par une tragédie qui soulève de nombreuses questions éthiques sur le secteur éducatif. Un directeur d'école, A.G.M., est pointé du doigt pour avoir non seulement entretenu une relation illicite avec l'une de ses élèves, mais également pour avoir orchestré une catastraphe qui a causé le décès de cette dernière.

Une relation sous le voile du secret


Le disfonctionnement absolu de certains mécanismes de surveillance et de protection de l'élève ont permis à A.G.M, directeur d’école de l’EPP Hiré Stade, d'entreprendre et de poursuivre une relation secrete avec l'une de ses élèves. La victime, Kossouba Djénéba, n'avait que quatorze ans et fréquentait la classe de CM2. Le directeur, âgé quant à lui de 46 ans, a entretenu cette liaison avec l'élève jusqu'à en arrriver à la mettre enceinte, faisant d'elle l'un des visages malheureusement trop récurrents des grossesses precoces non désirées.

Au lieu de prendre ses responsabilités face à l'acte accompli, le directeur propose une des solutions les plus dangereuses et illégales : l'interruption volontaire de la grossesse par automédication. Une décision lourde de conséquences, ayant causé de graves douleurs abdominales à la jeune fille quelques jours seulement après le début du traitement, le 17 mai 2024. Suite aux douleurs insupportables, l'homme, dans son calcul désespéré, n'a trouvé mieux que de conduire secrètement Djénéba à une clinique de quartier, pour lui administrer une injection supposée atténuer ses souffrances.

Le directeur insistait auprès de Djénéba pour qu'elle garde le silence. Toutefois, dans son tourment, l'état de santé de la jeune élève s'est détérioré de manière irréversible le lundi 20 mai 2024. Désemparée, la tante de Djénéba, sa tutrice, a finalement contacté la mère de la victime, alertant ainsi la famille sur la véritable situation.

Confrontée par sa mère, la petite Djénéba révèle finalement l’auteur de la tragédie. Malheureusement, son appel à l'aide est arrivé trop tard. Le mardi 21 mai 2024, jour de la composition de l’examen du CEPE, Djénéba a tragiquement perdu la vie. L'auteur présumé, le directeur A.G.M., a finalement assumé sa responsabilité lors d’un entretien téléphonique, mais il était déjà trop tard pour sauver la jeune fille.

Justice doit être rendue


Après cette tragédie, les autorités ont rapidement interpellé l'auteur présumé. La disparition tragique de Djénéba a suscité une vive émotion non seulement à

Hiré|https://www.koaci.com/article/2024/05/23/cote-divoire/societe/cote-divoire-une-affaire-de-deces-dune-eleve-enceintee-par-son-directeur-defraie-la-chronique-a-hire-la-ministre-mariatou-kone-interpellee_178185.html

mais dans tout le pays
, provoquant une indignation nationale face à cette violation grossière des normes éthiques et morales. Ainsi, le directeur d'école a rapidement été remis aux forces de l'ordre, et il est actuellement à la disposition des autorités compétentes. Quant à la défunte Djénéba, elle a été inhumée le jeudi 23 mai 2024, laissant derrière elle un vide et une colère profonde.

Cet événement tragique rappelle la nécessité d’imposer des mesures de contrôle plus strictes au sein des écoles pour assurer la protection des élèves dans le cadre de leur éducation. À l'heure actuelle, la question reste à savoir quelle justice sera rendue pour Djénéba et comment éviter que de tels drames ne se reproduisent à l'avenir. Le système éducatif est-il prêt à se réformer pour garantir la sécurité de nos enfants ?

(Commenter) (Signaler)

Image de Faits Divers. La région du Lôh-Djiboua connait actuellement une actualité plus sombre que jamais. En son sein, la petite ville de Hiré - située dans le département de Divo - est ébranlée par une tragédie qui soulève de nombreuses questions éthiques sur le secteur éducatif. Un directeur d'école, A.G.M., est pointé du doigt pour avoir non seulement entretenu une relation illicite avec l'une de ses élèves, mais également pour avoir orchestré une catastraphe qui a causé le décès de cette dernière. Une relation sous le voile du secret Le disfonctionnement absolu de certains mécanismes de surveillance et de protection de l'élève ont permis à A.G.M, directeur d’école de l’EPP Hiré Stade, d'entreprendre et de poursuivre une relation secrete avec l'une de ses élèves. La victime, Kossouba Djénéba, n'avait que quatorze ans et fréquentait la classe de CM2. Le directeur, âgé quant à lui de 46 ans, a entretenu cette liaison avec l'élève jusqu'à en arrriver à la mettre enceinte, faisant d'elle l'un des visages malheureusement trop récurrents des grossesses precoces non désirées. Au lieu de prendre ses responsabilités face à l'acte accompli, le directeur propose une des solutions les plus dangereuses et illégales : l'interruption volontaire de la grossesse par automédication. Une décision lourde de conséquences, ayant causé de graves douleurs abdominales à la jeune fille quelques jours seulement après le début du traitement, le 17 mai 2024. Suite aux douleurs insupportables, l'homme, dans son calcul désespéré, n'a trouvé mieux que de conduire secrètement Djénéba à une clinique de quartier, pour lui administrer une injection supposée atténuer ses souffrances. Le directeur insistait auprès de Djénéba pour qu'elle garde le silence. Toutefois, dans son tourment, l'état de santé de la jeune élève s'est détérioré de manière irréversible le lundi 20 mai 2024. Désemparée, la tante de Djénéba, sa tutrice, a finalement contacté la mère de la victime, alertant ainsi la famille sur la véritable situation. Confrontée par sa mère, la petite Djénéba révèle finalement l’auteur de la tragédie. Malheureusement, son appel à l'aide est arrivé trop tard. Le mardi 21 mai 2024, jour de la composition de l’examen du CEPE, Djénéba a tragiquement perdu la vie. L'auteur présumé, le directeur A.G.M., a finalement assumé sa responsabilité lors d’un entretien téléphonique, mais il était déjà trop tard pour sauver la jeune fille. Justice doit être rendue Après cette tragédie, les autorités ont rapidement interpellé l'auteur présumé. La disparition tragique de Djénéba a suscité une vive émotion non seulement à Hiré mais dans tout le pays, provoquant une indignation nationale face à cette violation grossière des normes éthiques et morales. Ainsi, le directeur d'école a rapidement été remis aux forces de l'ordre, et il est actuellement à la disposition des autorités compétentes. Quant à la défunte Djénéba, elle a été inhumée le jeudi 23 mai 2024, laissant derrière elle un vide et une colère profonde. Cet événement tragique rappelle la nécessité d’imposer des mesures de contrôle plus strictes au sein des écoles pour assurer la protection des élèves dans le cadre de leur éducation. À l'heure actuelle, la question reste à savoir quelle justice sera rendue pour Djénéba et comment éviter que de tels drames ne se reproduisent à l'avenir. Le système éducatif est-il prêt à se réformer pour garantir la sécurité de nos enfants ?

(1) Répondre

Drame À Danané: Un Gendarme Retrouvé Mort Chez Un De Ses Collègues / Des Abeilles Envahissent Un Collège À Dabou, Causant La Mort d'Un Couple Âgé / Tragique Mort D'Un Jeune Livreur: Un Proche Témoigne De Sa Désolation

(Remonter)

Ivoireland - Copyright © 2012 - 2024 Tous droits réservés.
Avertissement: Chaque membre est responsable de tout ce qu'il/elle poste ou télécharge sur Ivoireland.