Bienvenue, Visiteur: Créer un compte / SE CONNECTER! / Tendance / Récent / Nouveau
Date: Mercredi, 17 Juillet 2024 à 21:45 / Besoin d'aide

Restrictions Imminentes Pour Pisteurs Et Acheteurs Dans La Chaîne Café-Cacao? - Agriculture - Ivoireland

Forum Ivoireland / Agriculture / Restrictions Imminentes Pour Pisteurs Et Acheteurs Dans La Chaîne Café-Cacao? (42 Vues)

Conseil Café-Cacao: Aucune Suspension De Coopératives Impliquant Des Libanais? / Filière Café-Cacao En Côte d'Ivoire: La Suspensions Des Coopératives Expliquées / Suspension De Coopératives Par Le Conseil Du Café-Cacao Pour Stockage "Illégal" (2) (3)

(1) Répondre (Descendre)

RomeoIvoire RomeoIvoire le 17 juin à 11:30

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, s'apprête à une refonte majeure de son système de commercialisation du cacao, avec pour objectif de rationaliser et sécuriser la chaîne d'approvisionnement cruciale pour son économie agricole.

Vers l'élimination des intermédiaires : Une réforme stratégique


Selon des informations récentes de Reuters, le Conseil du Café-Cacao (CCC) de Côte d'Ivoire projette une réforme ambitieuse visant à éliminer les pisteurs et les acheteurs intermédiaires du processus d'achat de cacao. Actuellement, ces acteurs indépendants jouent un rôle central en achetant directement des fèves auprès des fermiers pour les revendre aux exportateurs, représentant ainsi environ 80 % des volumes totaux expédiés vers les ports d'Abidjan et de San Pedro.

Dès le début de la campagne cacaoyère 2024/25 en octobre prochain, un nouveau système de traçabilité et de certification entièrement numérisé entrera en vigueur. Ce système permettra un paiement direct des agriculteurs par les exportateurs, utilisant des cartes d'identification multifonctionnelles. Selon Arsène Dadie, directeur du marketing intérieur au CCC, ce changement favorisera les coopératives de cacao comme intermédiaires exclusifs, réduisant ainsi les risques et les coûts associés aux pratiques actuelles.

Actuellement, environ 580 coopératives participent à un projet pilote du nouveau système, avec l'engagement de 22 exportateurs sur 100. En parallèle, des mesures strictes seront mises en place pour s'assurer de la conformité au nouveau cadre réglementaire. Le CCC prévoit de restreindre le nombre de permis délivrés aux intermédiaires et d'intensifier les contrôles pour garantir une mise en œuvre efficace et équitable de la réforme.

Un changement nécessaire face aux défis persistants


Cette réforme intervient à la suite de défis persistants dans la chaîne d'approvisionnement du cacao, incluant des retards chroniques dans les livraisons aux ports causés par les pratiques des intermédiaires indépendants. Ces retards ont non seulement perturbé les exportations mais ont également affecté l'approvisionnement des usines locales de transformation du cacao, forçant parfois le CCC à suspendre temporairement les exportations pour répondre aux besoins urgents du marché intérieur.

En conclusion, la transition vers un système de commercialisation plus direct et contrôlé marque un tournant significatif pour l'industrie cacaoyère ivoirienne. Cependant, son succès dépendra de la capacité du gouvernement et des acteurs de l'industrie à naviguer avec succès à travers les défis opérationnels et les implications socio-économiques de cette réforme ambitieuse.

Alors que la Côte d'Ivoire s'engage résolument vers une réforme visant à optimiser sa filière cacao, la question reste posée sur l'impact potentiel sur les petits producteurs et leurs conditions de vie. Quelles seront les implications sociales et économiques de ce changement radical dans la dynamique traditionnelle de vente de cacao? Les coopératives seront-elles véritablement en mesure de répondre aux besoins des agriculteurs tout en assurant une distribution équitable des bénéfices?

(Commenter) (Signaler)

Image de Agriculture. La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, s'apprête à une refonte majeure de son système de commercialisation du cacao, avec pour objectif de rationaliser et sécuriser la chaîne d'approvisionnement cruciale pour son économie agricole. Vers l'élimination des intermédiaires : Une réforme stratégique Selon des informations récentes de Reuters, le Conseil du Café-Cacao (CCC) de Côte d'Ivoire projette une réforme ambitieuse visant à éliminer les pisteurs et les acheteurs intermédiaires du processus d'achat de cacao. Actuellement, ces acteurs indépendants jouent un rôle central en achetant directement des fèves auprès des fermiers pour les revendre aux exportateurs, représentant ainsi environ 80 % des volumes totaux expédiés vers les ports d'Abidjan et de San Pedro. Dès le début de la campagne cacaoyère 2024/25 en octobre prochain, un nouveau système de traçabilité et de certification entièrement numérisé entrera en vigueur. Ce système permettra un paiement direct des agriculteurs par les exportateurs, utilisant des cartes d'identification multifonctionnelles. Selon Arsène Dadie, directeur du marketing intérieur au CCC, ce changement favorisera les coopératives de cacao comme intermédiaires exclusifs, réduisant ainsi les risques et les coûts associés aux pratiques actuelles. Actuellement, environ 580 coopératives participent à un projet pilote du nouveau système, avec l'engagement de 22 exportateurs sur 100. En parallèle, des mesures strictes seront mises en place pour s'assurer de la conformité au nouveau cadre réglementaire. Le CCC prévoit de restreindre le nombre de permis délivrés aux intermédiaires et d'intensifier les contrôles pour garantir une mise en œuvre efficace et équitable de la réforme. Un changement nécessaire face aux défis persistants Cette réforme intervient à la suite de défis persistants dans la chaîne d'approvisionnement du cacao, incluant des retards chroniques dans les livraisons aux ports causés par les pratiques des intermédiaires indépendants. Ces retards ont non seulement perturbé les exportations mais ont également affecté l'approvisionnement des usines locales de transformation du cacao, forçant parfois le CCC à suspendre temporairement les exportations pour répondre aux besoins urgents du marché intérieur. En conclusion, la transition vers un système de commercialisation plus direct et contrôlé marque un tournant significatif pour l'industrie cacaoyère ivoirienne. Cependant, son succès dépendra de la capacité du gouvernement et des acteurs de l'industrie à naviguer avec succès à travers les défis opérationnels et les implications socio-économiques de cette réforme ambitieuse. Alors que la Côte d'Ivoire s'engage résolument vers une réforme visant à optimiser sa filière cacao, la question reste posée sur l'impact potentiel sur les petits producteurs et leurs conditions de vie. Quelles seront les implications sociales et économiques de ce changement radical dans la dynamique traditionnelle de vente de cacao? Les coopératives seront-elles véritablement en mesure de répondre aux besoins des agriculteurs tout en assurant une distribution équitable des bénéfices?

(1) Répondre

L'Interprofession De La Filière Café-Cacao Est Critiquée Par Le Synapci / Les Producteurs De Café-Cacao Appelés À s'Identifier Avant Le 30 Avril 2024 / Le Prix Du Kilogramme De Café Cacao En Hausse Après Les Menaces Des Producteurs

(Remonter)

Ivoireland - Copyright © 2012 - 2024 Tous droits réservés.
Avertissement: Chaque membre est responsable de tout ce qu'il/elle poste ou télécharge sur Ivoireland.